Pétition pensions

Internationaler FrauentagNewsKommentare deaktiviert für Pétition pensions

Leider ist der Eintrag nur auf Französisch verfügbar. Der Inhalt wird unten in einer verfügbaren Sprache angezeigt. Klicken Sie auf den Link, um die aktuelle Sprache zu ändern.

La pétition 1520 de Marc Faber soutient la revendication „Des mesures concrètes pour réduire l’écart entre les pensions des femmes et des hommes“ de la JIF formulée à l’occasion de la grêve des femmes au Luxembourg.

Pétition:
https://chd.lu/…/TravailALaCham…/Petitions/RoleDesPetitions…
Lire toutes les revendications:
https://fraestreik.lu/revendications/

Numéro de la pétition: 1520
Intitulé de la pétition: Répartition égale des cotisations aux régimes de pension des couples unis par le mariage ou par le partenariat (PACS)

But de la pétition: Le but de la pétition est d’assurer une retraite plus équitable à chacun des deux partenaires d’un couple uni par le mariage ou par le partenariat (PACS), aux cas où l’un ne suit pas d’activité professionnelle et au cas où l’un gagne nettement plus que l’autre.

Il est proposé par la pétition que les cotisations sociales en faveur des régimes de pension légale des deux partenaires soient réparties à parts égales à leurs comptes « assurés » respectifs, et cela aussi longtemps que le mariage/partenariat a son effet légal.

Motivation de l’intérêt général de la pétition: Force est de constater qu’il n’est pas rare qu’un des partenaires d’un couple uni par le mariage ou par le partenariat (PACS) renonce en partie ou en totalité à exercer une activité professionnelle pour pouvoir s’occuper du ménage, de l’éducation des enfants ou pour n’importe quel autre motif (p. ex. soins d’un parent) au détriment d’une carrière professionnelle propre et d’un droit de retraite y rattaché.

Le système actuel de l’affiliation individuelle aux régimes de pension légale comporte une injustice flagrante :
Le/la partenaire qui ne travaille pas ou peu (mi-temps p. ex.) n’a pas la possibilité de se construire une carrière de cotisation adéquate lui assurant une retraite équitable. Par voie de conséquence, la partie « faible» du couple, très souvent la femme, doit travailler jusqu’à l’âge de 65 ans afin de pouvoir bénéficier d’une retraite acceptable. Cette situation se retrouve notamment en cas d’une déconfiture du mariage/partenariat.

Diesen Artikel teilen

© 2016 CID Fraen an Gender a.s.b.l. All rights reserved. Webdesign: bakform/youtag