JIF – Communiqué de presse du 27 février 2023

[Französisch]

 

Communiqué de presse du 27 février 2023

Au vu des questions émises par différents médias concernant la Marche Féministe du 8 mars 2023, la plateforme féministe JIF souligne que le rassemblement aura bien lieu à 17 heures à la place Hamilius ! Après avoir reçu mardi dernier (21 février 2023) un premier courriel des autorités compétentes de la Ville de Luxembourg nous informant qu’il ne serait pas possible de nous rassembler sur la place Hamilius, nous avons reçu un jour plus tard un autre courriel nous informant qu’il serait tout de même possible de nous rassembler au Hamilius.

La marche se rassemblera donc comme prévu le 8 mars 2023 à 17h sur Hamilius pour se terminer à la Place d’armes.

La journée internationale de la lutte pour les droits des femmes est essentielle et c’est un grand honneur pour la plateforme féministe JIF de l’organiser cette année encore, en mettant en lumière les revendications suivantes :

1) Un toit sur la tête : La JIF revendique le droit fondamental au logement aussi bien dans la loi que dans les faits. Cela implique plusieurs actions dans l’immédiat et à moyen terme, envers des personnes de différentes constellations sociales – par exemple : en augmentant la capacité d’accueil des victimes de violence domestique, des personnes sans-abris voire aux femmes nécessitant des besoins spécifiques ou encore en garantissant un droit au logement abordable et décent, et d’inscrire ce droit au niveau constitutionnel.

2) Une vie sans violence : Malgré la ratification de la Convention d’Istanbul[1] (3 juillet 2018) qui, grâce à son approche intégrée et multidisciplinaire et à sa perspective de genre, couvre toutes les formes de violence faites aux femmes et filles, des efforts considérables doivent être introduits dans le quotidien luxembourgeois. Parmi les revendications émises par la plateforme féministe JIF, il nous semble primordiale de soutenir une vraie stratégie de prévention tout au long de l’année et auprès de toute la population, car la violence ne touche pas que les „autres“. Ouvrir le débat, briser les stéréotypes et donner un espace de parole à toute personne concernée, intéressée et marquée par le sujet de la violence basée sur le genre est indispensable à mener aussi bien par les acteurs de terrain que par les institutions politiques.

3) De l’argent pour vivre : Malgré la diminution apparente du gender pay gap au Luxembourg, la réalité démontre que les femmes gagnent encore et toujours moins d’argent que les hommes. Actuellement, ce sont majoritairement les femmes qui disposent d’un contrat de travail à temps partiel ou réduit diminuant ainsi de facto leur pouvoir d’achat aussi bien en tant que travailleuses qu’en tant que pensionnées.

4) Plus d’égalité dans nos familles : le changement des modèles de parentalité doit permettre à tout parent d’accompagner les premières années de la naissance d’un enfant avec sérénité et stabilité financière. Pour la plateforme féministe JIF, la compensation du congé de naissance par un salaire complet permettrait à l’ensemble des ménages de garantir un accueil serein et sécurisé à tout enfant. En outre, la plateforme féministe JIF revendique des mesures visant un meilleur équilibre entre temps de travail et temps de vie pour permettre aux familles de mieux répartir le travail du care (non-rémunéré) qui aujourd’hui repose encore largement sur les épaules des femmes. Cela devra passer inévitablement par une réduction de temps de travail à salaire égal. La réduction du temps de travail pourrait dans ce sens apporter un bienfait au maintien de cet équilibre aussi bien dans le domaine familial, social, économique et politique.

La plateforme féministe JIF vous attend très nombreux.ses*[2] afin de continuer à bâtir un chemin ensemble pour une société égalitaire et juste.

*La marche féministe est une initiative de la Plateforme féministe JIF.

 

Membres signataires : ASTI, Centre LGBTIQ+, Cid Fraen an Gender, Conseil National des Femmes du Luxembourg CNFL, déi greng, déi jonk gréng, déi Lénk, Femmes en détresse, Femmes socialistes, OGBL Equality, Planning Familial et Sweet Josephine.

Signataires sympathisant.e.s : Centre for Ecological Learning CELL et Rosa Lëtzebuerg.

  • CI : Premier traité international qui reconnaît la violence à l’égard des femmes comme une violation des droits de la personne et une forme de discrimination. Elle vise à prévenir et lutter contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes et contre la violence domestique.

[2] Symbole « * » qui inclut toute personne ne s’identifiant ni au genre féminin ni au genre masculin.

Diesen Artikel teilen

© 2016 CID Fraen an Gender a.s.b.l. All rights reserved. Webdesign: bakform/youtag